CLAUDE DEBUSSY
Music cannot be learned
("La musique ne s'apprend pas...")

Ecrit et réalisé par
Georges Gachot
 
Produit par METROPOLITAN, Munich
 
Production Year 1999
Length 58'30"., color
Format, Digital Betacam, 16/9
Version: French, German, english

NEW - REALESED ON DVD

SYNOPSIS

English

The composer Claude Debussy was born near Paris in 1862. As young pupil at the conservatory he composed music, which did not at all correspond to the theory of that time.
He contradicted his teachers by claiming that pleasure is the only "legal" rule in music and that the feeling for music can not be learned.
Nevertheless Debussy became one of the greatest French composers. He created a music which changed the musical horizon tremendously.
The basis of this documentary are quotations from some of Debussy's companions; people who met him and those who lived with him.

French

Il est intéressant d'approcher la vie du compositeur français Claude Debussy au travers de récits rapportés par des amis, des proches, des musiciens ou simplement par des gens qui l'ont connu. Les nombreux témoignages personnels et souvent très détaillés permettent de découvrir l'auteur de Pélléas sous un aspect plus humain en évitant une forme académique.
 
Debussy n'était pas seulement connu pour sa forte personnalité mais aussi pour son caractère difficile. A coté de l'immense talent du compositeur et de son oeuvre impressionnante qu'il nous a laissée, pouvoir le rencontrer au jour le jour, chez lui, avec ses amis, pendant les premières répétitions de Pélléas ou l'exécution d'oeuvres au piano en privé, est un véritable privilège. Des anecdotes comme celle de son mariage avec Lily Texier à Paris - A cet occasion, Debussy a dû rapidement donner un cours de piano pour payer le petit "voyage de noce" au jardin des plantes puis un déjeuner nuptial avec quelques amis - ou encore les visites à son domicile, rue Cardinet, sont restées dans beaucoup de mémoires. Sa femme armée d'un balai qui ne laisse pas rentrer un étudiant sollicitant un entretien avec Debussy, ou Maeterlinck qui venait le réprimander en raison d'un désaccord sur le choix d'une chanteuse. Les propos si touchant de Mary Garden, la première interprète de Mélisande, qui décrit l'ambiance de cette demeure extrêmement ordonnée comme le bureau de travail de Debussy sur lequel les objets ne changeaient jamais de place.
 
Autant de petites choses, de petits détails qui permettent de ramener le génie à une dimension humaine et qui sans aucun doute sont autant de clefs pour comprendre comment Debussy en est arrivé à composer une musique si nouvelle.
 
C'est l'approche que nous avons choisie pour réaliser notre film sur Claude Debussy qui pourrait être intitulé: "Claude Debussy vu par ses contemporains". Le film se construira sur des témoignages, en voix off, qui nous amèneront à évoquer toutes les grandes étapes de sa vie ainsi que les oeuvres les plus représentatives de son travail. Nous éviterons la structure chronologique ainsi que l'utilisation d'un commentaire tant les témoignages sont nombreux et détaillés.
 
Debussy lui-même n'était pas avare de confidences. Ses nombreuses lettres et son ouvrage "M. Croche" viendront également étoffer le contenu rédactionnel de notre film. L'évocation par exemple de la scène du pont des Arts à Paris où Debussy attendait le résultat du prix de Rome et qui disait: "Que l'on me croit ou non, je puis nettement affirmer que toute ma joie tomba! Je vis nettement les ennuis, les tracas qu'apporte fatalement le moindre titre officiel. Au surplus, je sentis que je n'étais plus libre". Un document qui marque déjà le désir de Debussy voulant se détacher du conformisme.
 
Sur le registre de son indépendance, un camarade de classe de composition au conservatoire rapporta que César Franck lui disait "Mais il faut moduler. Modulez, modulez donc". "Mais pourquoi modulerais-je, s'obstine Debussy, puisque je me trouve très bien dans cette tonalité". Un autre professeur lui demandait un jour quelles règles il suivait quand il écrivait ses cascades d'accords inhabituels: "Je veux rien atteindre de particulier, je m'adonne simplement à mon bon plaisir".
 
Debussy disait souvent que la musicalité ne s'apprend pas. Sur son goût artistique, une de ses élèves de piano disait: "Debussy avait un goût naturel très sûr, très raffiné et il adorait ce qui était beau. Les antiquités lui plaisaient; il faisait souvent de longues stations chez un antiquaire, proche de notre maison, avenue Victor-Hugo, et y laissait en acompte le prix de ses leçons (au grand désespoir de sa femme, Lily, qui attendait anxieusement son retour pour acheter le dîner!). La peinture exerçait une grande attraction sur lui. Il aimait visiter les musées, les expositions de tableaux et avait une prédilection pour les paysages du peintre scandinave Frits Thaulow et pour Claude Monet".
 
Sur le jeune Debussy il nous reste un témoignage de Tchaikovsky ayant reçu une photo de Mme de Meck où il jouait en trio: "Bussy a quelque chose dans le visage et les mains qui rappelle vaguement Antoine Rubinstein dans sa jeunesse. Dieu veuille que son destin soit aussi heureux que celui du "roi des pianistes".
 
On dit souvent que dans une conversation Debussy partait très rapidement vers l'ironie et l'humour. De son humour un exemple tiré d'une lettre de Houlgate à Jacques Durand le 8 août 1906:"Me revoici avec ma vielle amie la mer; elle est toujours innombrable et belle. C'est vraiment la chose de la nature qui vous remet le mieux en place. Seulement on ne respecte pas assez la mer...Il ne devrait pas être permis d'y tremper de ces corps déformés par la vie quotidienne; mais vraiment, tous ces bras, ces jambes qui s'agitent dans un rythme ridicule, c'est à faire pleurer les poissons...Dans la mer, il ne devrait y avoir que des sirènes...".
 
Debussy avait également des cotés très lucides sur lui-même: "Tout chez moi est instinctif, irraisonné. Je ne suis pas maître de tout. On s'obstine, autour de moi, à ne pas comprendre que je n'ai jamais pu vivre dans la réalité des choses et des gens, d'où ce besoin indicible d'échapper à moi-même dans des aventures qui paraissent inexplicables parce que s'y montre un homme que l'on ne connaît pas. C'est peut-être ce qu'il y a de mieux en moi! D'ailleurs, un artiste est par définition un homme habitué au rêve et qui vit parmi des fantômes. L'art est le plus beau des mensonge". Un document qui pourrait suggérer un autre titre à notre film: L'art est le plus beau des mensonge.
 
Autant de témoignages parfois à caractère amusant ici cités en vrac qui jalonneront notre film dans une trame générale citée plus bas. Un film donc plein d'histoires et non pas un cours de musique. Un film, un voyage où la musique en est l'actrice principale et où on pénètre fortement l'atmosphère du début du vingtième siècle.
 
Sur le plan visuel, le film présentera des prises de vue de Paris, le domicile de Debussy rue Cardinet et le quartier avoisinant de Montmartre, sa dernière demeure sur l'avenue Foch, l'opéra comique où fut jouée la première de "Pélléas et Mélisande" en 1902. Nous filmerons également à St-Germain-en-Lay dans la demeure natale de Debussy où un musée expose la plupart de ses objets personnels. S'ajouteront à cela des extraits de films d'époque (Paris en 1900 ou l'exposition universelle de 1889 où il prit contact pour la première fois avec l'art de l'Extrême-Orient) et des photos et manuscrits originaux. Les extraits musicaux proviendront en parti de concert filmés, donc avec de temps à autre l'apparition de musiciens à l'écran (S. Célibidache, S. Richter, E. Ormandy, S. Kocsik). Un extrait de "Pélléas et Mélisande" y sera également inclus dans une mise en scène de Peter Stein avec Pierre Boulez au pupitre. Quelques enregistrements sonores enregistrés sur le piano mécanique de M. Welte nous donneront un aperçu du Debussy pianiste (Children's corner, Prélude pour piano, La plus que lente...) ainsi qu'un enregistrement de Debussy avec Mary Garden datant de 1904.
© Georges Gachot / Metropolitan Zurich le 9 avril 1999

FESTIVALS & REVIEWS

Classique en image 2000 / Auditorium du Louvre, PARIS
 
Kritik / Reviews

Biography

In progress

Reviews & critics

Filmography

Broadcasting

Home

E-Shop